6h11 Lifestyle

Courses à domicile : la fin des supermarchés traditionnels ?

Caddie devant une vitrine réfrigérée dans un supermarché

Avec la montée en flèche des nouveaux modes de consommation tels que les achats en ligne ou encore la livraison de courses à domicile, il est légitime de se poser des questions concernant l’avenir des supermarchés traditionnels. 

Sont-ils amenés à disparaître ? Deviendront-ils des lieux 100% automatisés avec pas ou peu de présence humaine ? Voici quelques éléments de réponse. 

Le commerce en ligne de plus en plus présent

La popularité des supermarchés n’a cessé de croître au cours des dernières décennies. Mais, depuis de nombreuses années, les achats en ligne s’intensifient, qu’il s’agisse d’acheter des meubles, de la décoration, des vêtements ou des produits de beauté par exemple. Néanmoins, depuis la pandémie de COVID-19 et le premier confinement, cette tendance a également gagné le secteur de l’alimentation : les ventes en ligne avec retrait au drive ou livraison après des courses à domicile ont quasiment doublé, passant de 5,8 % des achats en supermarché à plus de 11 % révèle une étude réalisée par la FEVAD en 2021. 

Une tendance qui se fait également grandement ressentir lors de la période des fêtes, car les ménages sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les achats de cadeaux en ligne qui offrent tout autant de choix, si ce n’est plus ; et leur permet d’éviter la foule. Dans un article pour Forbes, Doug Stephens un conférencier Canadien expert en consommation affirme que les épiceries en ligne sont plus pratiques et offrent une plus grande variété d’articles que les supermarchés traditionnels. Il prédit que d’ici 2025, les ventes en ligne de produits alimentaires représenteront 20% de toutes les ventes alimentaires dans le monde. Ce serait une énorme augmentation par rapport à la part actuelle.

Mais cela signifie-t-il réellement que les supermarchés, tels que nous les connaissons, n’existeront plus dans quelques années ?

L’avenir des supermarchés remis en cause

Pour les spécialistes qui se sont penchés sur la question, l’avenir des supermarchés est forcément amené à être bousculé car nos modes de consommation et de vie évoluent, mais cela ne veut pas nécessairement dire que ceux-ci sont amenés à disparaître. 

Rayon fruits et légumes dans un supermarché vue d'en haut

En effet, de nombreux consommateurs privilégient encore les rapports humains, et l’on peut le constater via des campagnes mises en place par les supermarchés, proposant par exemple des caisses dédiées à ceux qui ne sont pas pressés et qui apprécient discuter avec les employés de caisse. 

Les premiers magasins étaient très différents des supermarchés d’aujourd’hui. Ils étaient petits, à l’étroit et n’avaient guère le choix. Les supermarchés d’aujourd’hui sont beaucoup plus grands et proposent un plus grand choix de produits. 

En revanche, il est clair que les enseignes doivent dès à présent considérer la demande de leurs clients de pouvoir faire leurs courses en ligne et profiter de services tels que la livraison d’achat à domicile, afin de rester compétitifs et d’assurer leur pérennité. Une démarche déjà entreprise par la plupart des grandes surfaces. Certaines comme Franprix, répondent d’ores et déjà à ces nouveaux critères des consommateurs car ce sont les magasins et leur personnel physique qui préparent les commandes ecommerce.

Un changement qui n’est pas obligatoirement négatif

Vous l’aurez compris, la disparition des supermarchés physiques n’est pas encore arrivée, néanmoins elle pourrait tout de même être considérée dans plusieurs dizaines d’années. Une perspective qui peut faire peur, mais qui n’a pas que des inconvénients. En effet, si cela causerait la disparition de certains emplois, d’autres seraient créés : gestion des stocks, préparation des commandes, livraisons sur le lieu de travail ou à domicile, etc. 

Sac de courses d'une livraison à domicile

Suite à la pandémie mondiale, les principaux supermarchés en ligne peuvent également utiliser les données pour identifier les tendances futures, analyser le trafic de leur site Web et faire des recommandations d’achat en fonction des comportements d’achat de leurs clients. À l’avenir, en plus de la collecte de données et d’enquêtes, ils ont une piste d’amélioration constante pour suivre les tendances des consommateurs et les changements de comportement d’achat en temps quasi réel. 

Depuis le début de l’année 2020, plusieurs e-commerçants ont opté pour une stratégie omnicanal axée sur le commerce en ligne. Cependant, si les entreprises de vente au détail ne peuvent pas augmenter leurs capacités logistiques et opérationnelles, elles connaîtront des problèmes même si la crise ralentit.

En résumé, ce changement qui pourrait survenir dans quelques décennies peut à la fois aider et modifier le comportement d’achat, en fonction des évolutions des tendances et des attentes des consommateurs ; néanmoins, les services de courses en ligne et les supermarchés physiques ont encore de beaux jours devant eux.

(Visited 19 times, 1 visits today)