6h35 Lifestyle

Monte-escalier et sécurité sociale : comprendre les modalités de remboursement

Monte-escalier

Le besoin d’installer un monte-escalier chez soi peut survenir avec l’âge, à la suite d’un accident ou pour une personne handicapée. 

Ces dispositifs ont pour objectif d’améliorer le confort de vie des personnes en situation de mobilité réduite, mais leur prix élevé constitue souvent un frein à leur acquisition. 

Voyons sans plus attendre si la sécurité sociale participe au financement de ces équipements et quelles sont les conditions requises pour obtenir un remboursement.

Les différents types d’appareils disponibles

Afin de convenir aux différentes situations et configurations de bâtiments, il existe plusieurs types d’appareils :

Le monte-escalier droit

C’est l’équipement le plus simple et généralement le moins coûteux. Ce fauteuil escalier est conçu pour les escaliers droits, sans courbes ni paliers intermédiaires.

Le monte-escalier tournant

Cette solution est adaptée aux escaliers comportant des virages, des angles ou des paliers intermédiaires. Le prix est alors plus élevé puisqu’il nécessite un rail spécifique et une conception sur-mesure pour s’adapter à chaque configuration.

Le monte-escalier extérieur

Ces modèles sont spécialement conçus pour résister aux intempéries et sont adaptés à une installation en extérieur, permettant par exemple d’accéder facilement à l’entrée principale d’une maison.

Le remboursement des monte-escaliers par la sécurité sociale

Malheureusement, les monte-escaliers ne font pas partie des dispositifs médicaux pour lesquels la sécurité sociale propose un remboursement direct. Néanmoins, il existe certaines aides financières que vous pouvez solliciter pour réduire le coût de votre investissement.

L’aide au financement via l’allocation personnalisée d’autonomie (APA)

Pour les personnes âgées de 60 ans et plus en perte d’autonomie, l’APA peut être accordée pour aider à financer les aménagements visant à améliorer le quotidien, incluant l’achat et l’installation d’un monte-escalier.

Cette allocation est attribuée sous conditions de ressources et dépend du niveau d’autonomie de la personne. Pour en bénéficier, vous devez effectuer une demande auprès de votre département. L’APA n’est toutefois pas réservée uniquement à l’achat et l’installation d’un monte-escalier, elles peuvent également couvrir une partie des coûts liés à son entretien ou sa location.

Les subventions de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH)

L’ANAH accorde des aides financières pour améliorer le confort et l’accessibilité des logements pour les personnes à mobilité réduite. Ces aides, plafonnées en fonction des ressources du bénéficiaire, sont attribuées aux propriétaires ou locataires dont le logement nécessite des travaux d’adaptation.

Pour obtenir une subvention de l’ANAH, vous devez présenter un dossier comprenant un devis des travaux envisagés, un formulaire spécifique et différentes pièces justifiant votre éligibilité. Selon votre situation, l’ANAH peut prendre en charge jusqu’à 50% du coût total des travaux, incluant l’achat et l’installation du monte-escalier.

Autres aides et avantages fiscaux

Bien que la sécurité sociale ne rembourse pas directement l’achat d’un monte-escalier, plusieurs dispositifs complémentaires peuvent alléger votre investissement.

La prestation de compensation du handicap (PCH)

Cette aide s’adresse aux personnes handicapées de moins de 60 ans dont le handicap limite fortement leur capacité à accomplir des gestes du quotidien. La PCH peut couvrir une partie des frais engagés pour adapter votre logement. Pour être éligible à cette prestation, votre demande doit être déposée auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

Le crédit d’impôt pour l’aide aux personnes

Les particuliers qui réalisent des dépenses liées à l’acquisition d’équipements conçus pour les personnes âgées ou handicapées peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt sur le revenu égal à 25 % du montant des dépenses, dans la limite d’un plafond fixé par l’administration fiscale. Cette réduction concerne notamment l’installation d’un monte-escalier.

Pour profiter de ce crédit d’impôt, vous devrez mentionner les dépenses relatives à votre projet d’aménagement sur votre déclaration de revenus. Les travaux doivent être réalisés par un professionnel et facturés directement au demandeur.

Les aides municipales et départementales

Selon votre localité, vous pourriez également bénéficier d’aides spécifiques attribuées par votre mairie ou votre conseil départemental. Ces aides sont variables et peuvent être soumises à conditions. Renseignez-vous auprès des services compétents pour connaître les dispositifs disponibles dans votre région.


Si la sécurité sociale ne prend pas en charge le remboursement des monte-escaliers, il est possible de solliciter diverses aides et subventions selon sa situation et ses besoins. 

L’APA, la PCH, le crédit d’impôt ou encore les aides locales sont autant de leviers à explorer pour financer l’achat et l’installation d’un monte-escalier adapté à votre logement et à votre situation personnelle

N’hésitez pas à vous renseigner auprès des organismes concernés et à comparer les offres pour trouver le dispositif répondant le mieux à vos attentes et à votre budget.

(Visited 11 times, 1 visits today)